Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Cap Vert - îles de Santo Antao et Sao Vicente

Notre tout premier trek ! Ca faisait un bout de temps que nos amis Jérome et Sandrine nous donnaient envie de partir, sac au dos, faire les baroudeurs !
Nous sommes donc partis avec eux, via Terre d'Aventure, tour operator spécialisé dans les treks, pour 8 jours dont 5 jours de marche. Rien de bien terrifiant mais quand on n'en a jamais fait, on s'attend à tout !
Le niveau de ce trek est de 2 chaussures (sur 5, on avait de la marge !), le dénivelé positif le plus important était de +750 mètres, une broutille pour des randonneurs.  La plus longue distance a été de 11 km, sur le sentier côtier.
Durée du vol : 6 heures depuis Paris  puis un second vol intérieur d'à peine 1 heure, tout cela sur la compagnie cap verdienne TACV. Les avions sont en bon état mais les sièges datent un peu ! Un voyage un peu difficile pour ceux qui ont de grandes jambes. Un léger décalage horaire : 2 heures à enlever du compteur.
Pour l'hébergement nous n'avons pas bivouaqué, nous avions des chambres à l'hôtel ou dans des chambres d'hôtes (qui étaient très, très bien entretenues).
Au Cap Vert on parle portugais et, bien sûr, le créole portugais, tout un poème !!! Surtout, évitez les "merci beaucoup" et "punch coco", au risque de voir votre interlocuteur se fendre d'un large sourire... (pour les explication, contactez-moi n_n)
Pour le change, pas de soucis, nous avons trouvé dans chaque ville une banque pour changer nos €. Sur Sao Vicente nous avons même pu payer en € dans les restaurants. Peu ou pas de carte bleue en revanche chez les commerçants. 1€ = 110 escudos CV environ. Pour indication, nous avons payé 450 esc. pour 5 litres d'eau (à acheter avant de partir en rando, l'eau du robinet n'est pas potable, nos organismes d'européens ne supportant que très moyennement l'eau désalinisée), 140 esc. pour une bière (très important, la bière...) et 600 esc. pour un plat.

Lundi 17 janvier 2011 : départ de Paris Charles de Gaulle à 11h (merci pour la super panne du CDG Val !!!), arrivée à Praia (la Captiale sur l'île de Santiago) à 15h heure locale, puis un second vol pour atteindre la ville de Mindelo sur l'île de Sao Vicente. Nous sommes pris en charge par le guide Terre d'Aventure et arrivons à l'hôtel au centre ville de Mindelo en début de soirée. Les premières impressions : les paysages ressemblent à ceux de l'Afrique du Nord, presque pas de végétation, on a bien dit "Cap VERT" ?!? n_n
Nous sommes un grand groupe pour un trek, 15 personnes et notre guide, les premières prises de contact sont amicales, je suis la benjamine de l'équipe, à 33 ans, c'est un comble...
 1erjour : 8h, nous prenons le bâteau pour rallier Porto Novo sur l'île de Santo Antao, île volcanique où nous allons marcher. A peine arrivés on nous embarque dans des pick up (c'est le pays du Toyota !!!) pour se rendre chez Silvino qui va nous transférer de l'autre côté de l'île et dont l'épouse nous a préparé nos collations de la journée (une cuisinière hors pair !).  L'île était dans la brume à notre arrivée, les paysages apparaissent au fur et à mesure, c'est une île désertique du côté Afrique, luxuriante côté Atlantique, c'est jour/nuit en quelques kilomètres, im-pres-sio-nant !
Nous prenons la Corda, une route crée par les portugais, qui relie les 2 côtés de l'île. Elle s'appelle ainsi car elle dessine une corde, une ville au centre de l'île porte d'ailleurs sont nom. Cette route a été entièrement pavée à la main, ça semble totalement surhumain !
Nous avons randonné sur une zone de transition entre le côté désertique et les vallées luxuriantes, on a même trouvé que la végétation ressemblait beaucoup à celle du massif de Belledonne. Nous découvrons les cultures en terrasses, la vie plus que modeste des habitants. Notre guide y a des amis qui nous invitent à découvrir leur maison, leur façon de vivre. Innocente que je suis, je découvre les papayers, le manioc, ce n'est qu'un début !
Après cette mise en jambes, nous arrivons à Ribeira Grande, mélange de vieilles maisons à l'esprit colonial, de banques ultra modernes et de petites constructions sommaires.
Mais assez de blabla, voici quelques photos. J'ai du me limiter à 4 photos par jour, dur dur quand on sait que j'en ai rapporté plus de 400...

jour 1

2ème jour : Nous partons randonner dans la vallée de Ribeira Grande, vallée luxuriante où nous montons à travers les cultures en terrasses. Bananiers, sucre de canne, papayers, manioc, ignames... Que du vert partout où nous posons les yeux. Les paysages sont trop immenses  et nos yeux ne sont pas assez grands pour tout voir, on se sent tout petit ! Pour la 1ère fois de ma vie je goûte à la canne à sucre, encore une gourmandise à ajouter à ma black list n_n Ca monte un peu plus que la veille mais je suis armée de mes bâtons pour m'aider, c'est toujours à ce moment là qu'on se dit qu'en rentrant on se remet au régime... Nous faisons la pause déjeûner au bord d'une petite rivière, sur ce côté de l'île l'océan apporte la pluie et des sources naturelles permettent aux habitants d'irriguer leurs cultures.
Notre guide nous amène chez sa grand-mère de coeur, nous dégustons le "grog", alcool fabriqué à base de canne à sucre, l'équivalent de notre eau de vie. Sous le soleil en plein après-midi, ça revigore !
Nous passons une 2ème nuit à Ribeira Grande où nous continuons de découvrir tout le panel des punchs locaux : punch coco, mélasse, mangue, punch biscuit, cacahuète et jen passe ! Tout un programme...
Sur la photo vous pouvez voir un arbre "dragonnier", arbre qui peut vivre plusieurs centaines d'années.

jour 2
3ème jour : les pick up nous emmènent plus à l'ouest de l'île, nous allons randonner sur le sentier côtier qui nous mènera, 11 kilomètres plus loin, à la ville de Ponta Do Sol. Commnt vous rendre en quelques mots ce que l'on ressent à la vue des falaises noires fouettées par l'océan... Croyez-moi, c'est plus qu'impressionnant, merveilleux, hallucinant, magique. Une fois encore je suis obligée de faire un 360° pour embrasser ce décor magnifique ! Le sentier est parfois creusé dans la roche, nous alternons les montées et les descentes, le chemin se fait souvent tortueux. Nous traversons un village abandonné par ses habitants, face à l'océan, magnifique.
Nous goûtons un plat typique, le guizado, poulet, riz, banane verte, de quoi prendre le plein d'énergie avant la montée infernale en lacets de 25 minutes en plein soleil... Montée où l'une des notres va d'ailleurs faire un malaise vagal, grosses frayeur pour tout le monde mais tout s'est finalement bien terminé... Après toutes ces émotions nous découvrons tout là bas au bout la ville de Ponta Do Sol avec son ancienne piste d'atterrissage , petit morceau de bout du monde en face de l'océan. Nous traversons un village où toutes les maisons sont colorées, un bel assemblage de couleurs contre la roche volcanique. Notre arrivée se fait au son des manifestations "musicales" pour les élections, une façon de faire passer des messages politiques à méditer : traversée de la ville en pick up chargés à bloc de grosses enceintes, des jeunes qui mettent l'ambiance dans les rues, ça nous change ! Nous passons la nuit dans une chambre d'hôte très accueillante, le groupe est soudé et solidaire autour de la "victime" du jour qui se remet tout doucement.

jour 3

4ème jour : Nous retournons marcher plus au coeur de l'île pour découvrir le "doigt de Dieu", formation volcanique. Nous retrouvons les cultures en terrasses avec les lavadas, construction portugaise pour irriguer les cultures. Nous prenons nore repas chez fatima, amie de notre guide, qui nous a concocté un "ervilla verde", un plat à base de ce qui se rapproche de nos petits pois, déicieux et, encore une fois, qui tient au corps ! Nous passons une 2ème nuit à Ponta D'Sol, à déguster le punch sur le port. Une surprise nous attend : un festin de langoustines !!! A tomber...


jour 4

5ème et dernier jour de rando : la vallée de Paùl, plus à l'est. C'est une vallée tout aussi luxuriante. Notre guide s'amuse à nous faire réviser ce que l'on a appris cette semaine. Nous goûtons chez l'habitant au plat national, la cachupa : mélange de poulet, maïs, fèves, il existe une version avec du poissons frit. Nous randonnons au milieu des cafeiers et quand, au détour d'une pause, notre guide dégaine des "sucrinhas" (autre aliment sucré à mettre en top 1 de ma black list), je me dis qu'on va devoir encore monter... J'ai presque failli finir à 4 pattes mais là encore l'effort en valait la chandelle, la vallée coule à nos pieds vers l'océan, l'immensité bleue en prolongement de ces cultures verdoyantes. Encore un moment de grâce pour nos yeux. Je voudrais adresser ici un clien d'oeil à mon ami le chat qui m'a aidé à finir mes sucreries, il doit encore s'en lécher les babines n_n
Fin de l'aventure pour nos chaussures de rando, on reprend les pick up pour rallier Porto Novo par la toute nouvelle route bitumée (j'adore la distinction que nos guides s'empressent de faire par rapport au reste des routes de l'île), à peine le pied à terre qu'on reprend la mer pour Mindelo, on a déjà le blues (le bourdon, le cafard, hein Josimar ! NDLR nous avons été de très bon profs niveau vocabulaire avec notre guide n_n) alors qu'il nous reste encore toute une journée à passer en mode cap verdien...

jour 5
6ème jour : dimanche, du coup pas grand chose d'ouvert, c'est un peu dommage sur ce point. On traine un peu au lit, on se la joue "touristes" à la marina flambant neuve de Mindelo. Une partie du groupe décide de partir pour la plage de Laginha, on en profite, venir au Cap Vert sans se baigner au moins une fois... Impossible !!! L'océan est à la bonne température, pour une fois je ne me fais pas prier ! On mate les mecs qui font de la muscu sur la plage, ah les vacances... n_n

Mindelo

Le soir venu on se rend tout au restaurant déguster une pizza (oui, nous sommes redevenus des touristes lambdas), après une semaine de poissons tous les soirs, ça nous reste sur l'estomac ! Attention, Mindelo est une ville qui connaît un peu de délinquance, Brigitte en a fait les frais ce soir là, on lui a volé une chaine en or, bref...
21h, on nous ramène à l'aéroport, direction Praia puis Paris dans un second temps. Je pars en tongs, je ne les quitterai que dans la descente vers Paris, on perd 20 degrés et il fait gris.
Heureusement, il nous reste encore 8 îles à voir, on y retourne quand ?!?

Un belle pensée pleine de papayes, de soleil et de fou rires pour Jérome, Sandrine, Isa, Laurence, Martine, Marc, Ginette, Lou, Laurence aux longs cheveux n_n, Jean-Luc, Joëlle, Brigitte et bien sûr notre petit Josimar, notre super guide !!!


 
 
 
Grèce - Ile de Naxos

On les a attendues ces vacances !!! Et elles ont été réussies !
Là nous avons changé de formule, nous avons tout réservé par nous-mêmes via internet. Pour l'avion  nous sommes passés par Easyjet, pour l'hôtel à Athènes et le studio hôtel à Naxos  nous avons réservé sur booking.com. Nous étions également armés du Guide du routard, bien frenchy !
Quand on lit les guides, ils vous disent que c'est à peine nécessaire de réserver un hôtel, les loueurs venant vous cueillir à la sortie du bâteau, c'est pas faux. Mais ne sachant pas à quoi nous attendre et, comme nous avions l'intention de passer nos 10 jours sur la même île, nous avons préféré réserver.
Y aller :
depuis Orly nous avons eu 3 heures de vol jusqu'à l'aéroport d'Athènes. A l'arrivée nous devions rejoindre notre hôtel au Pirée (port d'Athènes d'où partent les bâteaux pour les îles), tout ça est très bien organisé, des bus partent toutes les 20 minutes pour différents points de chute à Athènes. Vous trouvez le plan des transports, les billets s'achètent dans une petit guérite juste à côté des bus. Comptez 3€20 pour rejoindre Athènes, cela en 1h30 environ. Attention, si votre hôtel est situé au Pirée, il faut descendre avant le terminus ! Sinon ça fait une trotte pour revenir en arrière. On peut également prendre un taxi mais il faut compter 25/30€, ça fait cher par rapport au bus ! Il y a aussi le métro mais la station était en travaux.
L'hôtel au Pirée : nous avions suivi les conseils du Routard et trouvé cet hôtel sur booking.com. 75€ la nuit. Il y avait moins cher mais il était situé près du port donc... Un peu déçus de la déco, mais bon, c'était propre, l'accueil sympa et on peut régler en CB.
Le ferry : alors là, on a un peu stressé, sur les sites des différentes compagnies maritimes il n'y avait pas beaucoup de départs en ce dimanche 10 mai... on a même réservé sur internet par peur de devoir faire la queue et manquer notre ferry pour Naxos... Quels touristes on a fait ! n_n Le ferry était à 7h30, l'agence ouvrait à 6h30 eh bien nous y étions ! Et il avait une queue de 0 personnes devant nous...   Nous avons choisi de prendre un catamaran pour l'aller sur le "Highspeed 5" d'Hellenic seaways, 3h30 au lieu de 6 heures, nous avions hâte d'arriver ! Il faut compter 45€ par personne pour les catamarans.



Chora
Arrivés sur Naxos il faut passer le barrage des loueurs venus vous proposer des chambres, le port est situé dans la ville de Chora, lieu où se trouvait notre hôtel. J'ai pu noter plus tard que la plupart des grosses villes des Cyclades portaient ce nom, je ne suis pas encore assez savante en culture grecque pour vous expliquer cette subtilité... Après une évaluation "à vue" de la taille de la ville, nous avons décidé de trouver notre hôtel à pieds. Et nous avons eu bien raison (pour une fois !) car en 10 minutes nous l'avions trouvé. Nous avons loué un "studio hôtel", comprenez un appartement avec une cuisine salon (lave-vaisselle, machine à laver !), une chambre, une salle de bain, un petite balcon et une petite terrasse (important pour l'apéro -coucher de soleil) où l'on vous fait le ménage tous les jours mais sans les repas. C'était tout neuf, très agréable et situé à une cinquantaine de mètres de la plage "agios Georgios" (plage de St Georges). Les prix de ces hôtels varient un peu, le notre était à 44 €par jour pour nous deux.




Le quartier est réputé pour être celui des touristes, on y trouve en majeure partie ces fameux hôtels studios et des petits supermarchés. La plage à côté n'est pas terrible, beaucoup s'en contentent mais elle est assez sale et il y a pas mal de monde. Ca vaut vraiment le coup de prendre un moyen de locomotion pour aller quelques kilomètres plus loin.
Naxos : c'est la plus grande île des Cyclades, elle est située à côté de l'île de Paros, que l'on voit depuis la plage. Nous l'avons choisie car il y a un site de kitesurf (13km au sud de Chora). C'est une île qui voit débarquer des touristes essentiellement scandinaves et allemands mais nous y avons rencontré pas mal de français tout de même.
Nos activités :
La plage bien sûr ! les plus belles sont celles de l'ouest, au sud de Chora : ag. Prokopis, une plage de sable fin, pas de végétation, plein soleil et une eau d'une bleu lagon... mais ce n'est pas ma préférée, pas de relief, pas de rochers pour aller voir les poissons.... Ag Plaka, une belle plage qui s'étend sur plusieurs kilomètres. On trouve tout du long des bars, restaurants, quelques hôtels, ça doit être bondé en haute saison ! Mikri Vigla, la plage pour les kiteux ! Beaucoup de vent, enfin... quand il veut bien se lever !!! Et d'adorables petites criques désertes, des plages privées ou presque ! Des rochers pour admirez les poissons, les oursins... La plage de Kastraki, très belle également, encore des criques. Nous sommes allés plus au sud encore, vers Pirgaki mais nous n'avons rien vu de très différent.
Pour se rendre à ces plages nous avons loué des VTT (5€ la journée par vélo).


Nous sommes allés plus au coeur de l'île, voir Filoti, ville au milieu des montagnes près du mont Zeus (ça ne s'invente pas !), pour cela nous avions loué un scooter (le tarif dépend de la puissance, il faut compter entre 14 et 19€ en gros pour la journée). Nous voulions faire l'ascension du fameus mont Zeus mais il faisait assez chaud et le courage de se lever tôt pour le faire à la fraîche n'est pas venu... n_n
Sur toutes les routes et les chemins vous pouvez visiter une multitude de sites historiques, temples, chapelles, ça ne manque pas ! Naxos est connue pour ses citonniers, on peut même visiter une fabrique de liqueur.

Filoti

Le mont Zeus

Le kitesurf : pas assez de vent pour que Yann en fasse autant qu'il aurait voulu mais il a réussi à compléter sa formation. Un petit clin d'oeil à Jézabel, Leandro, leurs 4 terreurs et Daniel, merci pour leur accueil et bon été sur Naxos !

Chora : c'est une jolie ville avec des remparts depuis lesquels se déroulent des dizaines de ruelles où vous trouvez des boutiques à touristes, des bars (le People, très bonne musique !), des habitations des locaux (mais comment font-ils pour monter un frigo dans ses ruelles ?!?), des hôtels. Le reste de la ville est assez moderne. Le long du port on trouve des restaurants, des bars, c'est très beau au coucher du soleil.


A visiter, surtout, le temple d'Apollon, il se situe sur une presqu'île au bout du port. C'est le rendez-vous des amoureux au coucher du soleil, le truc c'est qu'il y a beaucoup d'amoureux !!!
Vous pouvez aussi louer une voiture pour visiter le reste de l'île ou encore aller visiter les autres îles, des liaisons se font tous les jours.





Se nourrir :
Comme nous avons choisi le studio hôtel, nous devions faire la cuisine... On ne s'est pas trop pris la tête... La ville regorge de petits supermarchés, il ne faut pas hésiter à comparer les prix, 2 établissements situés à 50 m l'un de l'autre peuvent pratiquer des prix très différents !! On trouve quelques produits français (la vache qui rit est internationale !) et des produits locaux. Les prix ne sont pas exorbitants si on ne cherche pas son produit français fétiche. Nous sommes souvent allés manger des gyros-pita, ça change de ceux qu'on nous sert en France. Il s'agit d'un petit pain pita servi à la façon d'un cornet et dans lequel on retrouve la viande (poulet, porc, agneau... au choix), des tomates, de la salade, des oignons, des frites et cela pour 2€ (1,50€ à Athènes). Ca ne valait pas la peine de s'en priver ! Durant nos randos vélo nous mangions dans des "tavernes", c'est l'équivalent de nos brasseries. Nous prenions généralement une salade grecque pour deux et un plat (aubergines saganaki, un délice !). Avec les boissons nous en avions pour 18€ environ. Une des spécialités : la pieuvre n_n c'est très bon !
Ce qui nous a frappé c'est le niveau d'hygiène. Les serveurs portent la plupart du temps des gants, nous pouvions visiter la cuisine quand elle n'était pas carrément visible.

Le mythe de la CB : dans les guides ont vous dit que tous les commerçants ne prennent pas la CB, ils ont tendance à souligner comme une révolution extraordinaire que tel hôtel ou tel commerce prenne ce mode de paiement. Il faut redescendre sur terre, nous n'avons eu aucun problème durant notre séjour pour régler en CB. Je ne dis pas dans les petits villages au fin fond de la montagne mais que ce soit sur Naxos ou à Athènes la modernité a fait son chemin !

retour à Athènes :
cette fois-ci nous sommes rentrés sur un ferry Blue Star, 5h30 de voyage (30€ par personne). Nous en avons profité pour visiter un peu Athènes. Le métro est très simple, bien indiqué. Nous sommes allés voir le parlement avec la garde, nous avons pu visiter gratuitement l'Acropole avec une vue hallucinante sur Athènes qui s'étend à perte de vue. La chaleur était étouffante, sans compter sur la non moins connue pollution d'Athènes.



Les bus pour rejoindre l'aéroport sont aussi fréquents qu'à l'aller, nous avons mis 1h20 environ le mardi matin pour reprendre notre avion. Dur dur de rentrer !









Barcelona - Costa Brava - août 2008


Nous sommes partis en Espagne sur l'invitation de ma belle-soeur, Catherine, et de mon beau-frêre, François. Ils avaient loué un voilier pour la semaine et ont pensé à nous pour partager cette aventure.
Nous n'avions jamais fait de voile, je vous donnerai d'ailleurs en fin de page quelques conseils pour découvrir la plaisance dans les meilleures conditions.
Pour le moment, voici le détails de ces vacances et mon avis sur les lieux visités. Bonne lecture !

Jour 1 : départ de Grenoble pour Vilanova i la Geltru, ville côtière à 40 km au sud de Barcelone. Le GPS annonce 6h... hum ! plutôt 8, merci les embouteillages d'août. Arrivée à 19h30 et prise de contact avec la "bête" : un voilier Bavaria 31, près de 10m de long, 2 cabines, sanitaires, royal ! Après un petit détour par la case hôpital pour ma belle soeur, ignoblement attaquée par le "jàmon" qu'elle tentait de couper pour l'apéro, nous prenons nos aises et passons notre 1ère nuit dans le bateau, à quai, tranquilles...



Jour 2 : après un petit déj sur eau calme, faut pas brusquer les apprentis navigateurs, nous partons pour une grosse journée de voile, direction Barcelone. Dès le début les choses se corsent, pour ma part je suis restée très digne, je n'en dirai pas autant d'un bourguignon de ma connaissance... Ses tartines doivent encore naviguer quelque part en Méditerranée ! Heureusement, les conseils de François ont vite porté leurs fruits et nous nous sommes habitué.
Nous avons appris les bases de la navigation : barrer, choquer la voile, appréhender le moment où la voile faseye... Pour la traduction merci de vous reporter aux cours de voile de Glénan ! A faire des 360°, ça, c'était pour ma pomme !
Arrivée fantastique dans le port de Barcelone en début de soirée, on se sent tout petit devant les énooormes cargos ! Nous nous sommes mis à quai au "Real Club Nautico", port qui fait face à la ville et dans lequel on rentre par un pont piéton qui s'ouvre pour notre passage, la claaaasse !
Après un brin de toilette nous sommes allés nous faire plumer de nos 1ers euros dans un bar à tapas qui devaient être en plaqué or n_n, ce fut très agréable de se balader dans le quartier "Barri Gotic" et ses petites ruelles.



Jour 3 : on décide de rester à Barcelone et de visiter un peu. François y a vécu plusieurs mois et, avec Catherine, ils jouent aux guides. Comme de vrais catalans nous avons pris le bus pour remonter le centre ville de Barcelone. Nous nous sommes arrêtés au niveau de la "Sagrada Familia" et sommes redescendus à pieds vers le port. Nous sommes passés par le "passeig de Gracia" où j'ai eu la chance d'être prise en photo devant le plus grand Imaginarium, ce qui va faire bisquer mes collègues ! ;o) Nous avons vu la "Pedrera", la "Casa Batllo", nous sommes passés par la place de "Catalunya" et avons terminé par la cathédrale avant de rejoindre le bateau. Pour un visite plus complète il nous faudra revenir... oh oui !
Si vous voulez voir d'autres photos de Barcelone, allez voir sur le site www.barcelona-tourist-guide.com
Nous avons quitté Barcelone vers 17h pour rejoindre un autre port, pas très loin : El Masnou. Alors là, pas grand chose à voir ! Nada même...





Jour 4 : Une grosse journée de voile en perspective, nous avons été jusqu'au port de ST Feliu de Guixols (c'est imprononçable, je vous l'accorde !), ville balnéaire de la Costa Brava. Quelques restaurants sympas dans les petites rues autour du port mais un prix de la nuit à quai super cher ! 57€ contre 28€ à Barcelone.





Jour 5 : Une superbe journée ! Visite du GR qui borde la côte de ST Feliu, des plages superbes qui nous donnent envie de trouver une crique tranquille. Ce fut chose faîte, une crique à l'abri du vent et qui donne envie de nager (euh, pas pour moi, trop de vagues !), le chien s'est éclaté, et vas-y que je te saute du bateau ! Nous sommes partis en fin d'après-midi à la recherche d'une crique pour y dormir, il fallait bien passer par-là pour parfaire notre formation voile ! Nous avons trouvé la "cala Giverola" avec un restaurant sur la plage, fantastique ! Nous avons embarqué sur l'annexe du bateau, ce fut épique ! Pantalon mouillé, débarquement à l'envers et fou rire pour tout le monde ! Malheureusement ce restaurant était anti-chien (ouhhh !!!), il a fallu retourner au bateau la ramener, arf ! Merci les gars ! Mais bon, la soirée fut bonne, restau sous les palmiers, et retour en annexe au bateau (meilleure maîtrise technique sur ce coup-là...). Le tout suivi d'une nuit à la belle étoile (fenêtre ouverte quoi !) dans une superbe crique et le clapotis de la mer. Inoubliable...




Jour 6 : avant notre retour pour Barcelone nous avons visité Tossa de Mar, charmante ville avec des remparts, un phare à la vue superbe et de jolies ruelles commerçantes. Nous avons bien entendu débarqué avec l'annexe, sur la plage, devant tous les vacanciers sur leurs serviettes, de vraies stars ! ;o) Un ptit tour et puis s'en va pour une grosse après-midi de bateau, on s'est même un peu planté sur la distance à parcourir, résultat nous avons débarqué à minuit au port Olympique de Barcelone ! Naviguer de nuit, avec du vent, et un repas en cabine où on fait des bonds de 20cm, une expérience de plus ! Quand on a faim...
L'avantage du port Olympique réside dans le fait qu'on arrive directement sur un quai de boîtes de nuit, bars & co. Quelle nuit les amis ! Malgré la fatigue nous sommes sortis arpenter les quais, musique et mojitos jusqu'à 5h30, je ne sais même pas comment j'ai fait pour remonter sur le bateau sans tomber à l'eau...

Jour 7 : Vous imaginez donc nos têtes le lendemain pour reprendre la mer, seule Catherine, qui avait décidé de rester sage la veille, ressemblait à quelque chose ce matin là. En quelques heures nous avons ralié notre port de départ à Vilanova. La soirée ne fut pas aussi folle que la précédente, la pluie ayant décidé de faire son apparition. Ca sentait la fin des vacances, le retour à la réalité.


Jour 8 : Nettoyage du bateau, valises faîtes, on quitte Catherine et François qui retournent passer quelques jours à Barcelone (les veinards !) et on reprend la voiture pour Grenoble, petit détour par le Grau du Roy pour un dîner et retour à la maison dans la nuit.

Petit diaporama :


Un grand merci à Catherine & François pour cette invitation à l'aventure, leur gentillesse, notre formation accélérée en voile et la visite de Barcelone.


Côté budget :
Pour se rendre à Barcelone depuis Grenoble on peut y aller en voiture, comptez environ 85€ de péage (aller-retour) et 2 pleins sachant que l'essence est moins chère en Espagne, même sur l'autoroute. Nous avons mis notre voiture dans un parking gardé pour 35€ (promo sinon c'est 200€ !). On peut aussi y aller en bus Eurolines pour 100€ AR par personne.
Pour le bateau le budget explose, ça dépend du modèle, ça varie entre 1500 et 2000€, pas donné pour tout le monde... Et il faut avoir une personne qui sache naviguer ! A cela il faut rajouter les nuits dans les ports (nous avons payé au minimum 28€ dans le plus beau port ! et jusqu'à 57€, l'électricité peut parfois être en plus).
Sur place nous sommes allés dans des supermarchés et au restaurant. Attention, certains n'affichent pas les prix à l'entrée. On peut manger pour pas cher, par ex au Fresco à Barcelone, 8,50€ pour un buffet crudités/plats chaud + 1 boisson, imbattable !

Mémo pour rester digne sur un voilier
- contre le mal de mer, la solution c'est de s'occuper de la barre, c'est rapide et imparable (on s'est battu avec yann pour le faire n_n)
- assouvir rapidement le moindre besoin naturel (conseil de François) pour ne pas avoir la nausée, si tu as faim, tu manges, je vous laisse faire vous même la liste de vos besoins naturels...
- le vent, l'eau, le sel ruinent un brushing en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, c'est récurage complet avant de pouvoir sortir en ville !
- il y avait la douche sur la bateau mais il faut une certaine patience pour que la pompe évacue toute l'eau... La meilleure solution étant la douche du port, mention spéciale aux douches en marbre du Port de Barcelone ! Avec même un sauna pour les hommes...
- Pour ces messieurs, justement, vous pouvez toujours vous la jouer sauvages en urinant par-dessus bord (on a des photos mais c'est un blog respectable...), pour ces dames, à voir, mais moi j'ai préféré les toilettes du bateau, il faut juste savoir que vous vous ferez des bleus et qu'un dérapage n'est pas impossible ! ;o) désolée pour ces détails techniques mais c'est la réalité !
- Avant de partir, faîtes quelques exercices d'assouplissement, monter sur le bateau depuis le quai peut s'avérer sportif.
- Ne pas s'amuser à couper du jambon (même super bon) sur le bateau, n'est-ce pas Catherine ?!?
- Et, à la rubrique "pipi-caca", ne soyez pas étonnés si vous finissez à la pompe à m.... en revenant au port, ça fait partie des joies de la plaisance ! n_n

Bref, vous l'aurez compris, ce fut un séjour inoubliable, une expérience fantastique que je vous conseille fortement !
Si vous désirez avoir d'autres détails sur ce séjour, n'hésitez pas à me contacter (page d'accueil du blog).






Djerba - mai 2008


C'est la 1ère fois que nous partions en Tunisie. Nous avons choisi notre voyage via Promovacances 15 jours avant de partir. Du point de vue du trajet, rien à dire, charters OK, prise en charge par le personnel de promovacances et transfert hôtel/aéroport bien orchestrés.
Nous étions à l'hôtel Vincci Resort, un 4 étoiles avec la plus grande piscine de Djerba ! L'hôtel était splendide, il se compose de 4 bâtiments de 4 étages seulement, situés en cercle autour de la piscine. Il y a une palmeraie et de jolies allées fleuries. La chambre était spacieuse, le ménage était fait tous les jours, tout était propre, rien à dire de ce côté-là. L'hôtel proposait des activités sportives, une animation discrète et il y avait plusieurs espaces bars avec des ambiances différentes (mais ils ne savent pas faire les mojitos !!!).
Au sein de l'hôtel se trouve un espace "thalasso", on peut faire des cures mais ça n'a rien à voir avec un véritable établissement de thalasso, les prix sont élevés et les soins d'hydrothérapie un peu "light". Mais c'était très agréable d'aller au hammam, de faire un gommage etc.
Les seuls points négatifs que je donnerais à cet hôtel concernent la nourriture, il s'agit d'un système de buffet, très copieux, mais qui manquait de plats locaux, tout était trop "européen". Le 2ème point porte sur le fait qu'on est souvent sollicité au sein de l'hôtel par des vendeurs d'excursions, qui en plus sont assez chères !
Le sentiment sur l'hôtel reste tout de même très bon !
Concernant Djerba, il faut y aller pour se reposer, un point c'est tout ! Il s'agit d'une île qui est occupée au nord et à l'est par des complexes d'hôtel, en dehors de ça... quelques villages de pécheurs, la synagogue de la Griba et puis c'est tout ! C'est bien de faire le tour de l'île pour avoir une idée de comment vivent les vrais habitants de Djerba mais une seule fois suffit ! On vous embarque pour des visites des potiers de Guellala en vous faisant croire que ça reste encore traditionnel mais les fours sont éteints depuis longtemps ! On peut visiter le souk de Houmt Souk si on est le roi du marchandage...
Nous étions en demi-pension, pour déjeuner le midi nous allions en dehors de l'hôtel où les prix sont bien sûr moins élevés ! Dans les petites rues à côté de l'hôtel nous trouvions de petits supermarchés où acheter de l'eau en bouteille moins chère (3 d les 6 au lieu de 2 d la bouteille à l'hôtel !), des produits à prix fixes et des loueurs de quad ou de scooter qui vous proposaient les mêmes excursions que l'hôtel mais moins chères.
Pour les amateurs, il y a 2 sites de Kite-surf, mon ami a été à celui sur la route côtière en allant vers Houmt Souk.

Quelques photos :

















Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : La fille de son père
  • La fille de son père
  • : cet espace est dédié à ce qui entoure ma vie : les loisirs créatifs, la montagne, mon chien... il est le lien avec ceux qui sont loin...
  • Contact

Recherche

Catégories